Le monde de l’enseignement supérieur est extrêmement fragmenté autour de multiples acteurs publics ou privés. Parmi ceux-ci, les universités restent des institutions de premier plan du fait du nombre d’étudiants qu’elles accueillent chaque année, de leur statut d’institutions publiques et de leur apport en termes de formation et de recherche.

La Région PACA compte actuellement quatre universités sur son territoire : l’université d’Aix-Marseille, l’université d’Avignon, l’université de Toulon et l’université Côte d’Azur.

Cette dernière a remplacé l’université de Nice Sophia Antipolis au 1er janvier 2020. Cette transformation implique une transformation plus profonde qu’un simple changement de nom et d’identité visuelle.

La genèse du projet

Le projet d’Université Côte d’Azur ne date pas du 1er janvier 2020. En réalité ce projet a été créé avec l’objectif de décrocher une dotation attribuée par l’Etat dans le cadre de son programme d’investissements d’avenir. Objectif accompli en 2017.

Les investissements d’avenir ont notamment pour objectif de créer quelques universités ayant une forte visibilité à l’international et ayant su transformé leur gouvernance afin de mieux répondre aux besoins des entreprises. Cette transformation passe par deux leviers : la formation et la recherche.

Le but final de ces universités nouvelles est de permettre à la France de se distinguer dans les classements internationaux et notamment celui établi par l’université de Shanghai dans lequel les établissements français peinent à se démarquer.

L’Université Côte d’Azur aujourd’hui

L’Université Côte d’Azur fédère aujourd’hui différents partenaires (universités, centres de recherches, écoles de commerce et d’ingénieurs…). Le programme de formation a été revu afin d’offrir des programmes pluridisciplinaires.

En ce qui concerne les classements internationaux, la période de transition actuelle ne permet pas de juger du succès en matière de visibilité à l’international de ce projet : il faudra attendre encore quelques années le temps que ce changement de nom et d’organisation soit « stabilisé ». En effet, parmi les critères utilisés pour établir les classements, figure notamment le nombre de publication : afin de valoriser leurs contributions les chercheurs de l’Université Côté d’Azur utilisent désormais une charte de signature commune.

Par ailleurs, le passage de l’Université Nice Sophia Antipolis à l’Université Côté d’Azur a eu pour conséquence la sortie de certains classements internationaux de cette première (comme celui de Shanghai), les regroupements d’universités n’étant pas reconnus par tous les organismes.

Ce projet démontre la volonté de l’université de Nice de moderniser son fonctionnement afin de gagner en visibilité: revue de l’offre éducative au profit de la pluridisciplinarité, partenariats avec des écoles de commerce et d’ingénieurs…

D’ailleurs, un premier objectif a été atteint en 2019 avec la création d’un institut de recherche en intelligence artificielle à Sophia Antipolis. La naissance de cet institut de recherche a été rendue possible par la collaboration de différents acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche implantés dans les Alpes-Maritimes (Skema, Eurecom, le CNRS, l’Inria ou encore l’Inserm) mais également 62 entreprises. Cette étroite collaboration entre université, Grandes Écoles et entreprises a permis de décrocher le label 3IA et ainsi donner vie à ce projet.

 

Pour en savoir plus :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *