Le terme « Grande Ecole » n’est associé à aucune définition officielle de la part du ministère de l’éducation nationale. Ce terme, employé pour désigner des établissements publics assurant des formations de haut niveau et sélectionnant leurs étudiants par un concours, est associé à l’excellence et la promesse d’une carrière brillante.

Tout d’abord, étant donné qu’il n’y a pas de définition officielle d’une Grande Ecole, il n’y a pas de label ou de critère permettant de différencier les Grandes Ecoles des autres instituts publics ou privés de l’enseignement supérieur. Ainsi, comment peut-on, raisonnablement, arriver à différencier une Grande Ecole d’autres types d’instituts de formations publique ou privés ?

1. Plus de 227 Grandes Ecoles

La Conférence des Grands Ecoles a été créée en 1973 et comprend aujourd’hui 227 « Grandes Ecoles » réparties dans différents types d’enseignements (écoles d’ingénieur, écoles de commerce, écoles d’architecture, de design…). Ses membres sont accrédités en fonction de certains critères comme l’existence d’un processus de sélection.

Toutefois, ces 227 instituts membres de la Conférence des Grandes Ecoles, ne sont pas tous égaux en terme de sélectivité, de qualité des formations prodiguées et de débouchés professionnels. Tout d’abord, la sélection des étudiants ne suit pas les mêmes exigences entre ces écoles. Ces différences observées dans les processus de sélection sont tout à fait naturelles puisque, les Grandes Ecoles considérées comme les plus prestigieuses vont avoir plus de facilité à attirer les meilleurs étudiants. Pour les autres, les exigences en matière de sélection peuvent grandement varier et s’éloigner de plus en plus des standards d’excellence auxquels le terme « Grande Ecole » est associé.

De même, les débouchés professionnels peuvent varier d’une école à une autre. Ces différences portent sur les métiers exercés (certains postes sont réservés à une liste d’écoles / de formations spécifiques) ou sur le salaire proposé à l’embauche. En effet, dans de nombreuses entreprises il existe encore des « grilles écoles » indiquant le salaire auquel un candidat peut prétendre en fonction de son école / de sa formation. Autrement dit, les diplômes délivrés par ces Grandes Ecoles n’ont pas tous la même valeur sur le marché du travail.

Internet est une source d’informations incontournable dans la définition de son orientation professionnelle. En particulier, certains forums indépendants offrent un regard impartial quant au niveau des écoles et la valeur du diplôme qu’elles délivrent. Ainsi, il est primordial, avant d’effectuer ses choix d’orientation, de prendre le temps de se renseigner afin d’avoir l’ensemble des informations nécessaires.

2. Comment entrer dans une Grande Ecole ?

Les classes préparatoires constituent encore aujourd’hui la « voie royale » pour intégrer les Grandes Ecoles. Ces programmes, d’une durée de deux à trois ans permettent aux étudiants d’intégrer les écoles les plus prestigieuses. Ces cursus offrent la possibilité aux étudiants de se préparer pour les concours communs de certaines Grandes Ecoles. Il s’agit d’un cursus d’excellence car très sélectif (il est demandé aux étudiants d’assimiler beaucoup d’informations).  L’avantage des classes préparatoires est aussi de bénéficier du conseil de professeurs ayant une connaissance fine du monde des « Grandes Ecoles ».

Cependant, un grand nombre de Grandes Ecoles donnent la possibilité à des étudiants de pouvoir y accéder sans passer par les classes préparatoires. Pour cela l’étudiant devra passer des concours spécifiques et, dans la majorité des cas, devra convaincre un jury lors d’épreuves orales de la qualité de sa candidature.

Ainsi, et pour arriver à faire le tri entre les différentes Grandes Ecoles, il est important de se renseigner sur le processus de sélection de chacune de ces écoles et leur degré d’exigence. Certains classements permettent d’y voir plus clair dans l’offre de formations proposées. Attention toutefois à ne pas se baser entièrement sur ces classements, ceux-ci peuvent être subjectifs notamment dans le choix des critères retenus et leur pondération.

3. L’importance de la spécialisation

L’orientation doit se faire toujours en fonction d’un souhait en matière de spécialisation. Ainsi, en fonction de ces souhaits il est possible de cibler les Grandes Ecoles offrant le parcours de formations les plus adaptés : instituts d’études politiques, écoles de commerce, écoles d’ingénieurs… Même si les Grandes Ecoles ont tendance à élargir leurs offres de formations et à établir des partenariats, il existe toute de même des différences notables dans les programmes de formations ou dans les métiers auxquels les diplômés peuvent prétendre.

De même, selon la spécialité, les Grandes Ecoles peuvent être concurrencées par certaines universités proposant des Masters sélectifs et dont la réputation n’a rien à envier aux programmes de certaines Grandes Ecoles. D’ailleurs, dans certaines spécialités, les Grandes Ecoles ont développé des partenariats avec les universités permettant à leurs étudiants d’obtenir deux diplômes : le diplôme de la Grande Ecole et celui de l’université. L’avantage des universités par rapport aux grandes écoles reste le coût moins important.

4. Quelles Grandes Ecoles à Nice ?

Deux Grandes Ecoles ont leurs campus implantés à Nice ou dans sa région : il s’agit de Skema et de l’Edhec. Ces deux écoles de commerces ont plusieurs campus sur le territoire français. SciencesPo possède un campus à Menton. Nous pouvons aussi noter Eurecom, une école d’ingénieur dont le campus se situe à Sophia Antipolis et comptant pour membre fondateur l’Institut Mines-Télécom. Cependant, pour la majorité des spécialisations, il est nécessaire de changer de ville voir de région afin de pouvoir intégrer une Grande Ecole.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *