L’épidémie actuelle de coronavirus a des conséquences non seulement sur l’examen du baccalauréat mais également sur les différents concours et examens d’entrée dans les Grandes Écoles et autres filières sélectives de l’enseignement supérieur. Nous vous proposons dans cet article un petit récapitulatif des changements survenus.

Les concours post-CPGE scientifiques, économiques et commerciales et littéraires

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a dévoilé, vendredi 17 avril, une partie du nouveau calendrier des concours post-CPGE scientifiques, économiques et commerciales et littéraires. Pour les trois filières préparatoires aux Grandes Écoles, les concours se dérouleront entre le 20 juin et, au plus tard, le 7 août 2020.

Qu’il s’agisse des concours d’accès aux Grandes Écoles de commerce ou d’ingénieurs, il demeure un certain nombre d’incertitudes en ce qui concerne l’articulation entre les différents concours des différentes banques d’épreuves (positionnement des concours, espacements entre les concours, etc.). Par ailleurs, les modalités mêmes des concours sont modifiées puisque la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), rassemblant une partie importante des écoles de commerce, a annoncé l’annulation des épreuves orales d’admission cette année – alors même que les épreuves orales d’admission permettent traditionnellement de sélectionner les candidats sur un certain nombre d’aptitudes, complémentaires à celles testées à l’écrit.

Le concours Passerelle a également dû s’adapter à la crise sanitaire et les modalités sont précisées ici (Bachelor) et ici (Programme Grandes Ecoles).

SciencesPo Paris et les autres IEP

La procédure d’admission au sein du cycle Bachelor de Sciences Po Paris est partiellement modifiée et les informations seront communiquées aux candidats ayant passé les épreuves écrites et qui sont admissibles à l’oral via le site internet de Sciences Po. Pour rappel, la procédure par examen s’adresse principalement aux candidats qui préparent le baccalauréat général ou technologique de l’enseignement général français ainsi que pour les candidats qui préparent à l’étranger un diplôme d’études secondaires dont l’équivalence a été reconnue. Les épreuves écrites ayant eu lieu les 22 et 23 février, la crise sanitaire actuelle n’a pas d’impact sur les épreuves d’admissibilité. L’école doit cependant statuer sur le sort réservé aux épreuves orales d’admission et sur les modalités relatives à celles-ci : les oraux étaient initialement prévus de mi-mai à fin mai.

Pour Sciences Po Bordeaux, l’admission se fera en deux phases sur examen du dossier déposé sur Parcoursup.  D’abord, la phase d’admissibilité se fera par un algorithme qui prendra en compte 5 attendus (expression écrite, expression orale, maîtrise de deux langues vivantes, intérêt pour le monde contemporain et ses évolutions, aptitude à la compréhension, l’analyse et la synthèse) et elle s’appuiera notamment sur les notes des épreuves anticipées du baccalauréat et sur les notes de terminale. Ensuite, dans un deuxième temps, deux professeurs évalueront les dossiers séparément puis mettront leurs résultats en commun. « Ils prendront notamment en compte vos bulletins de première et de terminale, la copie d’une épreuve de baccalauréat blanc, votre fiche Avenir, votre CV (la rubrique « Activités et centres d’intérêt ») et votre projet de formation motivé » précise L’Étudiant. Sauf changement, les résultats d’admission seront communiqués via Parcoursup à compter du 19 mai 2020 (conformément au calendrier national).

Pour Sciences Po Grenoble, les épreuves écrites, initialement prévues le 11 avril, ont été remplacées par une admission sur dossier en deux phases.  Celles-ci sont précisées par L’Étudiant dans un article consacré au sujet. Nous vous les rappelons ci-après. Une première phase d’analyse des notes et une seconde phase d’examen par un jury des « fiches Avenir ». « Les critères d’examen des dossiers retenus pour la première phase sont prioritairement les notes des bulletins scolaires des classes de première et de terminale dans des disciplines habituellement évaluées lors du concours, ainsi que les notes à l’écrit et à l’oral du baccalauréat de Français, affectées d’une pondération. Seront aussi prises en compte, et affectées d’une pondération, des notes de disciplines centrales des différentes séries du baccalauréat dans lesquelles les candidates et les candidats sont inscrits ou dont elles ou ils sont issus. Lors de la seconde phase, le jury procédera à un examen approfondi des fiches Avenir et leur attribuera une note, affectée d’une pondération. Il pourra également être tenu compte, pour les candidates et candidats bac+1, des résultats obtenus au baccalauréat 2019. Il sera tenu compte dans l’évaluation des dossiers et dans l’établissement du classement final d’admission, de la différence entre les candidats bac 0 et bac+1. » précise ainsi L’Étudiant.

En ce qui concerne les IEP du réseau Sciences Po (Aix-en-Provence, Saint-Germain-en-Laye, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse), le concours commun a été annulé cette année et la procédure de sélection s’effectuera via un examen des dossiers. Seront pris en compte les éléments suivants : les notes des bulletins scolaires des classes de première et de terminale ainsi que les notes aux épreuves écrites et orales du baccalauréat de français, notes qui seront affectées, le cas échéant, d’une pondération. Les notes du contrôle continu feront l’objet d’un redressement destiné à les prendre en compte, non pas de façon absolue, mais relativement aux résultats de la classe. Une distinction sera par ailleurs faite entre les candidats post-bac et bac+1. Le même nombre de places sera affecté à chacune des catégories.Enfin, la rubrique « Scolarité » sera examinée mais pas la rubrique « Activités et centres d’intérêt » ni le « Projet de formation motivé ».

Pour plus d’informations

  • Article de L’Étudiant du 17 avril 2020 concernant les concours Sciences Po/IEP ;
  • Article de L’Étudiant du 17 avril 2020 concernant les concours post-prépas ;
  • Article de l’hebdomadaire Marianne du 6 avril 2020 concernant l’évolutions des modalités d’entrée dans les différentes filières de l’enseignement supérieur.

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *